Si le virus continue à rôder , à nous encercler, à nous faire mal, nous nous devons de continuer à vivre et à rêver…

Grâce à Dieu, l’art de sculpter reste un bon adjuvant !


Je viens de terminer « Résilience » : une stéatite qui transpire des minuscules ruisseaux gris mêlés ça et là de tâches beiges; j’ai tenté d’insuffler dans la pose et les traits du visage deux mots « optimisme » et confiance »….

Durant l’été, la chanson « Gitans » (F. Cabrel) a fasciné mes oreilles….Cette poésie a eu raison de la paresse que m’ instillait la canicule…Je n’ai pas résisté aux superbes paroles du message. C’est devenu « La femme qui caresse les oiseaux »

Enfin « Vers le ciel »…un petit bloc de terre où j’ai voulu mêler mouvement et regard…Ici aussi confiance et optimisme: la réponse du soleil et des étoiles à l’angoisse de nos prières.

Je suis parti d’un modèle que j’ai réalisé en terre émaillée. Les contraintes du bloc de stéatite ont rendu l’appui des bras plus fragile ; j’ai pu creuser les traits du visage : n’y lisez ni tristesse, ni bonheur…

Pas de genou à terre…simplement la force de l’optimisme et de la confiance !

Quand la poésie devient la source….

"Les femmes aux longs cheveux
Ont tout lavé dans les seaux
Séché le linge sur des buissons
Rentré les gosses dans les camions
Sur les paniers de roseaux
Et caressé les oiseaux, caressé les oiseaux
Où allais-tu ?" 

(Gitan . F. Cabrel)

C’est une terre cuite 950 ° sans plus…
quelques engobes pour troubler l’uniformité de la terre…

Pour le reste, le but : déguster des bouts d’étoile, admirer le soleil, jambes et bras croisés, les yeux fermés dans la confiance vers un ciel qui veut effacer les nuages.

A l’atelier à Rhode, je travaille intensément sur « Slow love motion »…
un nom complexe , me direz vous , mais je n’ai trouvé que ce vocabulaire anglais pour exprimer à la fois l’intensité amoureuse de ce couple mais aussi le léger mouvement…

 

 

Une sculpture en terre très classique . Elle attend aussi le four biscuit.

Un autre travail sur le métier : Pacha Mama ; 

TOI  ET MOI

Je disposais d'un beau morceau de merisier. Je souhaitais garder une trace du volume, et ne pas trop le "dépecer".
J'ai donc préparé une épreuve en terre qui représente deux personnages "assemblés".

J'ai réduit l'épreuve au format du buste avant de tailler le bois. Voici quelques étapes du travail:

Le tango argentin m'a toujours impressionné.

ORIGAMI D’UNE GRUE

 

Connaissez vous la légende japonaise des 1000 grues ?

 

Mes lectures m’ont fait connaître récemment cette surprenante histoire. Le Japon est un pays où l’origami est très pratiqué. On y raconte que –si l’on plie 1000 grues en papier dans l’année et si l’on en fait une guirlande - les voeux de santé et de bonheur à l’adresse d’une personne particulière seront exaucés.